Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

Maurice : L'échiquier politique mauricien en pleine ébullition




Photo journal Le Défi Quotidien
Photo journal Le Défi Quotidien
L'échiquier politique de l'île Maurice est actuellement en pleine ébullition.

Après le divorce consumé entre les deux principaux partis d'opposition entre le Mouvement Militant Mauricien (MMM) et le Mouvement Socialiste Militant (MSM) à la fin avril dernier, c'est au tour du leader du PMSD (Parti Mauricien Social Démocrate), Xavier-Luc Duval, et ministre des Finances d'avoir claqué la porte vendredi dans l'après-midi la porte du gouvernement Ptr-PMSD au pouvoir depuis 2010.

Le leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, a ainsi démissionné après l'annonce d'une possible alliance entre le parti Travalliste du Premier ministre, Navin Ramgoolam, et du MMM de Paul Bérenger dans le sillage de la future réforme électorale et l'avènement d'une seconde république avec une élection présidentielle à un tour de scrutin.

L'adoption par les parlementaires de la réforme électorale et constitutionnelle  aurait ainsi débouché sur une dissolution de l'Assemblée nationale et la tenue d'élections législatives anticipées dans la foulée.

Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, a décidé de récupérer le maroquin ministériel des Finances et du Développement économique après la démission de Xavier-Luc Duval, comme le rapporte le journal Le Défi Quotidien.

Puis, les deux leaders, Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, ont même tenu une conférence de presse commune samedi, avant que le comité central du MMM n'annonce quelques heures plus tard que l'option d'alliance avec le parti travailliste n'était plus d'actualité pour l'heure en raison notamment du désaccord sur le timing de la réforme électorale et institutionnelle que le MMM voulait voter avant que les électeurs ne soient rappelés aux urnes.

Le comité central de MMM a pour sa part déclaré son intention de partir seul aux prochaines élections législatives.

Ainsi, le gouvernement travailliste seul au pouvoir n'a qu'une majorité d'un siège à l'Assemblée nationale, avec 35 députés le soutenant contre 34 pour ses opposants dans un schéma politique qui pourrait encore évoluer dans les prochains jours ou semaines avec des bruits en coulisse qui évoquent déjà à nouveau une alliance PTr-MMM ou la présentation d'une motion de censure à l'Assemblée nationale pour faire chuter le gouvernement travailliste.

Pour rappel, la réforme électorale et l'introduction d'un seuil de proportionnelle ainsi que le concept de seconde République et l'amendement à la Constitution pour ne plus être obligés pour les candidats aux élections de décliner leur appartenance ethnique (hindou, musulman, sino-mauricien, population générale) doivent obtenir l'aval des 3/4 des députés pour être adoptés.




Dans la même rubrique :
< >

Mardi 7 Août 2018 - 14:19 AfrAsia Bank Sustainability Summit

Vendredi 6 Juillet 2018 - 15:09 Constance Prince Maurice Football Challenge Cup

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores