Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

Les prisons mauriciennes au bord de l'implosion




Photo illustration lematinal.com
Photo illustration lematinal.com
Les prisons de l'Ile Maurice sont au bord de la surchauffe. Une véritable poudrière humaine, car avec 2.600 détenus incarcérés en moyenne, pour une capacité initiale de 2.218 détenus, l'administration pénitentiaire de l'Ile Maurice ne sait plus à quel saint se vouer pour endiguer ce phénomène.

Caser les nouveaux pensionnaires débarquant pour purger leur peine devient synonyme de véritable casse-tête chinois. Le taux d'occupation avoisine allègrement, en moyenne, 117%, avec des pointes pouvant aller jusqu'à 127%.

Les huit établissements pénitentiaires essaimés à travers l'île (la prison centrale de Beau-Bassin, la New Wing de Beau-Bassin, la prison de Grande-Rivière-Nord-Ouest, les prisons de Richelieu, Petit Verger et Phoenix, la prison des femmes et le Centre correctionnel pour les jeunes) sont à bout de souffle et à la limite de l'implosion.
 
Un prisonnier sur quatre, condamné à moins d’un mois de détention

Pour pallier le manque d'hébergement, les autorités pénitentiaires phosphorent à toutes les possibilités.
Ils souhaiteraient notamment une autre politique judiciaire à court terme, qui pourrait punir de travaux d'intérêt général, les justiciables mauriciens condamnés à de petites peines de détention.

Un prisonnier coûte aux alentours de 500 roupies (13 euros) par jour. 85% des détenus ne sont pas sous les verrous, la première condamnation. 15% de la population carcérale purge des peines pour des délits liés au trafic de drogue. Et un millier de détenus sont entre quatre murs, pour ne pas avoir réglé des amendes, pour la grande majorité de moins de 135 euros. En 2011, un prisonnier sur quatre avait été condamné à moins d’un mois de détention. Et plus de la moitié des prisonniers a été condamnée par les tribunaux, à moins de 18 mois de prison.
 
Le prochain centre de détention de Melrose, implanté dans le centre de l'île, avec une jauge maximale de 800 places, résoudra sans doute un temps, l'insoluble jusqu’alors équation de la surpopulation carcérale de l'Ile Maurice.




Dans la même rubrique :
< >

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores