Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

La Réunion : Un grand groupe français prêt à prendre en charge l'immersion de la Jeanne d'Arc




La Réunion : Un grand groupe français prêt à prendre en charge l'immersion de la Jeanne d'Arc
L'immersion de l'ancien bâtiment-école de la Marine nationale la Jeanne d'Arc, au cœur de la baie de Saint-Paul, s'approche si l'on se fie aux propos tenus par Guy Marcoz à l'initiative du projet. C'est un gigantesque récif artificiel qui verra bientôt le jour en mer, véritable abri pour les poissons et lieu magique d'exploration pour les plongeurs venus de toute la planète.

Les doutes planant sur le possible impact financier de l'opération seraient levés. Un mécène compte ainsi apporter sa contribution financière, comme l'indique le président de l'association Nautilus. "Nous avons le plaisir de vous annoncer qu'au terme de discussions menées la semaine dernière avec le président d'un groupe français qui emploie plus de 50 000 salariés dans le monde et qui réalise 4 milliards d'euros de CA, que celui-ci a décidé de prendre en charge l'intégralité des travaux de dépollution et d'aménagement de la coque. Ces travaux seraient réalisés en France suivant la réglementation en vigueur et selon les règles de l'art par du personnel français" argumente l'ancien ingénieur. Sans toutefois dévoiler l'identité de ce "grand groupe français".

Le 9 novembre dernier, avant le déplacement du ministre des Outre-mer sur l'île, l'association s'était montrée satisfaite au sortir d'une réunion de travail avec le cabinet de la présidence de la Région Réunion. La collectivité serait favorable, toujours selon Guy Marcoz, à la mise en place de ce projet qui drainera dans son sillage un fort développement touristique sur zone. Toutefois, aucun élu ou parlementaire n'a apporté pour l'instant son soutien public à ce projet. Ce qui attriste le président de Nautilus.

La Région Réunion s'est dite prête également à soutenir auprès des plus hautes autorités de l'Etat la cession pour l'euro symbolique de la coque dépolluée de la Jeanne d'Arc, pour laquelle un appel d'offres dans le cadre de son démantèlement a été engagé.

L'association ne veut pas perdre du temps, car le calendrier qui s'annonce est déjà planifié à l'avance. Elle souhaite "qu'un moratoire soit appliqué sans tarder sur l'appel d'offres afin que nous puissions lancer les études de faisabilité, suivant les textes en vigueur  en vue de la prévention de la pollution des mers résultant de l'immersion de déchets". Guy Marcoz ne doute pas aussi que le projet va être scruté à la loupe par de nombreux observateurs sur son volet environnemental.





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 12 Octobre 2018 - 07:18 Nxse Paris

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores