Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

Comores : Saïd Larifou, chef de file du parti Ridja invite le président Ikililou à respecter le calendrier des élections législatives




Saïd Larifou, chef de file du parti Ridja - Photo lagazettedescomores.com
Saïd Larifou, chef de file du parti Ridja - Photo lagazettedescomores.com
Dans le sillage de la rencontre du 8 novembre dernier entre le Président comorien, Dhoinine Ikililou, et les chefs de l'exécutif des îles de Grande Comore, de Mohéli et d'Anjouan, ainsi que du président du parlement de l'Union des Comores et des présidents des conseils des îles, qui a abouti à programmer les élections législatives et municipales en novembre 2014, l'avocat franco-comorien, Saïd Larifou, chef de file du parti Ridja, invite expressément Dhoinine Ikililou à respecter le calendrier électoral.

Les élections législatives doivent notamment avoir lieu dans un délai de 60 jours avant la fin du mandat en avril 2014 des parlementaires de l'Assemblée de l'Union comme l'a rappelé la cour constitutionnelle.

"Le Ridja n’acceptera pas les arrangements anticonstitutionnels convenus entre Ikililou et son équipe (Ndlr : les présidents de l’assemblée de l’union et des îles ainsi que les exécutifs des îles). La constitution ne leur donne aucune compétence à faire ce genre d’arrangements", affirme Saïd Larifou au journal La Gazette des Comores.

"Faute d’élections législatives à partir de cette date, le président Dhoinine Ikililou portera une lourde responsabilité. Il aura fait preuve de défaillance grave dans la mesure où notre pays ne disposerait pas de parlement et qu’aucune personne ni aucune autre institution ne sauraient légiférer", soutient l'avocat franco-comorien, Saïd Larifou, chef de file du parti Ridja.

Ce dernier met aussi en avant que le parti Ridja sera alors contraint de demander à la cour constitutionnelle "de constater la défaillance du chef de l’Etat" et son refus d'organiser le scrutin législatif en dépit d'une décision de la cour constitutionnelle.

"Nous demanderons à la cour d’en tirer toutes les conséquences", précise Saïd Larifou.



Anli Saendou

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 19 Juin 2018 - 07:48 Turkish Airlines arrive aux Comores

Dimanche 3 Septembre 2017 - 09:13 Un vice-président sur tous les fronts

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores