Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

Un Rwandais fuit son pays et après un long périple avec sa femme enceinte, obtient un statut de demandeur d'asile à Mayotte




Photo Kewezi Télévision
Photo Kewezi Télévision
L'histoire de Crésence Kitumayine, jeune rwandais qui a obtenu le 7 juillet un statut de demandeur d'asile à Mayotte sort de l'ordinaire, même si son périple est loin d'être un cas isolé, comme l'indique Kewezi Télévision.

Début mars, des rebelles rwandais forcent Crésence à rejoindre leurs rangs, mais ce dernier refuse d'être embrigadé pour une cause politique.

Un choix lourd de conséquences puisque le jeune rwandais va connaître la torture dans un camp militaire duquel il parvient tout de même à s'échapper pour s'enfuir en Tanzanie.

Sa femme enceinte restée au Rwanda va être aussi torturée par les rebelles pour savoir l'endroit où se cache son mari.
Crésence décide face à l'urgence de la situation d'organiser la fuite de son épouse vers Dar es-Salaam.

Puis dans la capitale tanzanienne, le propriétaire de l'hôtel où le couple réside, avec quelques milliers d'économies en poche, leur propose de rejoindre Mayotte via les Comores pour 1.500 euros.

Le couple embarque ainsi clandestinement dans les cales d'un cargo, mais une fois le bateau arrivé à quai, ils sont arrêtés par la police comorienne.

Crésence soudoie alors un policier comorien et pour 300 euros le couple rwandais parvient à retrouver leur liberté.

Puis sur une plage de Grande Comore, un passeur va leur demander 900 euros pour les emmener à bord d'un kwassa-kwassa direction l'île de Mayotte.

Le couple accepte et monte sur une embarcation de fortune dans une mer démontée. Une trentaine de clandestins prennent aussi place dans l'embarcation à Anjouan lors d'une courte escale.

La femme enceinte de Crésence ne supporte pas la traversée et accouche en mer au bout de 4 heures. La jeune femme perd énormément de sang.

Le passeur dépose alors tous ses passagers, après 8 heures de traversée non pas à Mayotte mais sur un îlot au large de Mayotte et de son lagon où les immigrants clandestins restent une dizaine de jours.

Des pêcheurs locaux leur proposent ensuite de finir le voyage pour rejoindre la Grande Terre pour encore 300 euros.

Les trois premières tentatives avortent en raison d'une météo marine exécrable et la quatrième fois, leur frêle embarcation est interceptée par la police de l'Air et des Frontières.

Sa femme dont l'état de santé a empiré est toute prise en charge par les secours.

Interrogé par les fonctionnaires de police, Crésence Kitumayine confie toute son histoire...

"Ici je me sens en sécurité ! Je veux rester ici et vivre ici. Si on rentre au Rwanda, ils nous tueront tous les trois", déclare Crésence qui bénéficie depuis le 7 juillet dernier d'un statut de demandeur d'asile à Mayotte.



Assani Badrudin

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Septembre 2017 - 10:08 Ouverture du 6ème salon du tourisme de Mayotte

Lundi 30 Mai 2016 - 07:55 7ème édition Salon de la mode de Mayotte

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores