Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

Maurice : La Réunionnaise Catherine Boudet blanchie par la justice réclame 1.250.000 euros à l'Etat mauricien pour "arrestation et détention illégales"




Maurice : La Réunionnaise Catherine Boudet blanchie par la justice réclame 1.250.000 euros à l'Etat mauricien pour "arrestation et détention illégales"
La Réunionnaise, Catherine Boudet, poétesse, universitaire et journaliste, blanchie par la justice mauricienne à la fin août réclame 1.250.000 euros (50 millions de roupies) de dommages pour "arrestation et détention illégales" et a mis en demeure l'Etat mauricien aujourd'hui mercredi 25 septembre 2013, comme l'indique le site defimedia.info.

Pour rappel, la Réunionnaise Catherine Boudet qui n'avait plus de passeport, ce qui équivalait à une assignation à résidence à l'île Maurice, a vu les charges retenues contre elle rayées, jeudi 29 août 2013, par la magistrate de la Cour de Mapou qui a estimé que l'enquête de police a été bâclée, comme le relate le site lexpress.mu.

"La police s’est trompée de cible. Catherine Boudet n’a fait que son travail, mais elle a dû faire face à des accusations farfelues et absurdes. L’enquête aurait plutôt dû s’orienter vers Stéphane Sinclair", avait précisé Me Jean Claude Bibi, l'avocat de Catherine Boudet.

Catherine Boudet qui a plaidé non coupable lors de son procès était poursuivie pour divulgation de fausses nouvelles à l'encontre de l'historien français Stéphane Sinclair, et avait été arrêtée le 20 avril 2011, sur son lieu de travail, dans les locaux d'un journal local.

Catherine Boudet subit un interrogatoire serré et passe une nuit en cellule policière.

Remise en liberté sous caution et privée de passeport pour bénéficier d’un permis de travail, elle encourait un an de prison ferme.

Catherine Boudet avait mis en cause en avril 2011, l’historien Stéphane Sinclair d'avoir falsifié son curriculum vitae et d'avoir volé des documents privés du château Labourdonnais, dans le Nord de l'île Maurice.

Selon Catherine Boudet, Stéphane Sinclair aurait tenté aussi d'avoir accès à différents documents du Blue Penny Museum, en se servant d'une lettre à l'entête du Premier ministre.

Ce dernier avait été engagé comme consultant à la fondation de l'Aapravasi Ghat, lieu historique de débarquement des premiers engagés indiens arrivés à l'île Maurice.

La police mauricienne va interpeller l'historien à l'aéroport Sir Seewoosagur Ramgoolam, suite à la plainte de Catherine Boudet et l'autorise ensuite à quitter l'île Maurice le jour même.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Septembre 2017 - 20:55 Saudi Arabian Airlines arrive à Maurice

Samedi 2 Septembre 2017 - 14:02 Véranda: Jamais deux sans trois!

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores