Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

Madagascar : Les députés frondeurs qui demandent la tête d'Hery Rajaonarimampianina veulent gérer les affaires du pays




La Haute Cour constitutionnelle devrait se prononcer à la mi-juin sur la légitimité de la mesure d'exception initiée la semaine dernière par les députés frondeurs visant à destituer le président malgache Hery Rajaonarimampianina.
 
L’article 52 de la Constitution stipule "par suite de démission, d’abandon du pouvoir sous quelque forme que ce soit, de décès, d’empêchement définitif ou de déchéance prononcée, la vacance de la présidence de la République est constatée par la Haute Cour constitutionnelle". "Dès la constatation de la vacance de la présidence, les fonctions du chef de l’État sont exercées par le président du Sénat. En cas d’empêchement du président du Sénat constaté par la Haute Cour Constitutionnelle, les fonctions de Chef de l’État sont exercées collégialement par le gouvernement".
 
Pour les députés frondeurs, cet article serait valable uniquement en cas d'empêchement du chef de l'Etat et non pour la situation présente, alors que le Sénat n'est pas encore constitué dans la Grande Ile. Les députés revendiquent ainsi que l'Assemblée nationale puisse gérer si le cas se présentait les affaires du pays et non laisser le pouvoir au gouvernement.

Pour rappel, 121 députés des 151 élus siégeant à l'Assemblée nationale de Madagascar ont voté à une très large majorité mardi dernier pour la destitution du président malgache Hery Rajaonarimampianina. Les parlementaires de la Chambre basse accusent le chef de l'Etat d'avoir violé la constitution du pays.



.

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 14 Février 2017 - 07:22 Un hôtel Novotel à Madagascar

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores