Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

La Réunion : Nassimah Dindar "Nos caisses sont vides"



Ce jour, les conseillers généraux de la Réunion sont réunis en assemblée plénière dans l'hémicycle du Conseil général. A l'ordre du jour, l'examen du budget primitif 2013 traduisant les orientations politiques retenues le 7 novembre dernier lors du débat des orientations budgétaires. Nassimah Dindar s'est exprimée en début de séance, n'hésitant pas à affirmer: "nos caisses sont vides". La présidente a rappelé avoir réclamé pour la Réunion, 13 millions d'euros sur les 170 millions d'aide exceptionnelle promise par François Hollande à destination des Départements confrontés à de lourdes difficultés financières.


La Réunion : Nassimah Dindar "Nos caisses sont vides"
n huit ans de présidence, c'est la première fois qu'un budget primitif a été aussi complexe à équilibrer". Nassimah Dindar entame ainsi l'assemblée plénière destinée à examiner le budget primitif du Conseil général. Il a donc fallu faire place à de "l'arbitrage", annonce la présidente du Conseil général, "avec d'un côté 51 millions d'euros supplémentaires pour 2013 de demande de RSA et d'APA à financer. De l'autre, les recettes gelées par l'Etat pour la 3ème année consécutive…"

"Aucune collectivité n'est responsable de l'aggravation de la dette publique". Nassimah Dindar a souhaité citer ici le président de la République, François Hollande, qui reconnait la responsabilité de l'Etat en la matière. "Je ne fais pas de la politique politicienne mais depuis huit ans, nous avons toujours dénoncé la non compensation des dépenses publiques quelle que soit la couleur politique des différents gouvernements", a-t-elle affirmé.

Alors comment continuer à agir malgré l'asphyxie budgétaire? Certains préconisent le levier fiscal, "nous n'avons qu'une seule fiscalité et nous ne l'augmenterons pas. Il s'agit d'une partie de la taxe foncière", indique la présidente. Pourrait-on alors baisser le volume d'investissement? "C'est un choix politique que je ne fais pas, je l'assume. Ce n'est ni aux familles, ni aux entreprises de payer le prix fort", a-t-elle poursuivi. Que reste-t-il alors? "Le levier de la solidarité nationale", lance Nassimah Dindar.

Le 22 octobre dernier, à l'Elysée, les présidents des Conseils généraux réclamaient de l'aide. La présidente a fait part de son espoir que le gouvernement réserve 13 millions d'euros pour la Réunion, sur les 170 millions d'euros de fonds exceptionnel adressé aux Départements. "Nous réclamons 13 millions d'euros, l'an dernier notre Département n'a rien obtenu. Par ailleurs je demande au gouvernement de respecter les Conseils généraux des DOM, nous ne sommes pas des 'quotas'", a-t-elle conclu.

Source : http://www.zinfos974.com



Melanie Roddier

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Février 2017 - 08:33 Bons résultats touristiques

Mardi 14 Février 2017 - 06:34 Un nouvel uniforme pour Air Austral

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores