Indian Ocean Times - l' information de l' ocean indien

La Réunion : La Ferme aquacole, plan de sauvegarde prolongé jusqu'au 13 février




A l'initiative du président du tribunal de commerce de Saint-Denis, le dirigeant et les quatre salariés de la ferme aquacole étaient convoqués aujourd'hui afin de faire un point d'étape sur l'état de santé de l'entreprise.

Suite à l'annonce, le 12 septembre dernier par Patrick Hoareau, président de la Société aquacole des Mascareignes (Sam), de la fermeture de la ferme aquacole, la société a été placée sous sauvegarde à la demande des actionnaires. Deux mois après cette décision de justice, il a été décidé aujourd'hui de prolonger la période de sauvegarde jusqu'au 13 février 2013. A cette date, le tribunal de commerce décidera, soit de valider le projet de reprise, soit de placer la Sam en liquidation judiciaire.
 
L'aquaculture, "une filière d'avenir"

Une décision qui satisfait à la fois le président de la Sam et ses salariés, qui portent un projet de reprise. Pour Patrick Hoareau, cette "prolongation" va permettre aux futurs actionnaires "de finaliser le business plan et valider tout le pack d'actionnaires". Pour lui, "la filière a de l'avenir et ça aurait été dommage que l'on perde le seul élevage d'aquaculture à la Réunion".

Il est par ailleurs revenu sur cette fameuse conférence de presse où il avait convoqué tous les médias pour annoncer la fermeture de la Sam, alors que les salariés n'avaient pas été prévenus. D'après Patrick Hoareau, le but était de faire "un électrochoc". Une annonce qui d'après lui a aidé le projet de reprise... Les salariés ne semblent pas du même avis et admettent que cette annonce "a jeté un gros froid" entre les deux parties.

"Soulagés" mais "vigilants"

Le projet de reprise, dont l'administrateur judiciaire examine la faisabilité, semble en bonne voie. Les trois salariés "sont soulagés" par ce nouveau délai, qu'il considèrent comme "des signaux positifs". "Cela va nous permettre de finaliser notre travail mais nous restons vigilants, assure Pascal Parisse, un des trois techniciens-plongeurs. L'enjeu, ce n'est pas seulement nos emplois, c'est surtout la filière aquacole".

D'ici le 13 février, les salariés devraient lever le voile sur leur projet, leurs actionnaires et le montant qu'ils sont prêts à investir. Pour le moment, les trois possibles repreneurs se contentent d'expliquer qu'ils sont soutenus par "un groupe à compétence multiple" et qu'ils entendent "faire mieux" que leurs prédécesseurs. Et différemment. Ils ne seront définitivement soulagés que lorsque leur projet de reprise aura été validé. Rendez-vous le 13 février.

Source : http://www.zinfos974.com



Gabriel Kenedi

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Mai 2017 - 15:58 Le festival de l’image sous-marine

Ile de La Réunion | Ile Maurice | Seychelles | Madagascar | Mayotte | Comores